Château Pradeaux

Vins de Bandol

Home » Les Exposants » Château Pradeaux

Entré dans la famille Portalis en 1752, le domaine Château Pradeaux est la trace d’un héritage dont bénéficia Jean- Marie- Etienne Portalis, Ministre de Napoléon Ier, co-rédacteur du Code Civil et auteur du Concordat.

Cette propriété est la plus représentative des traditions de Bandol : un vignoble de Mourvèdre tenu à la perfection d’abord par la Comtesse Arlette Portalis qui confia à son héritier Cyrille Portalis le soin de continuer sa tâche.

L’aventure vigneronne de la Comtesse et le destin de Château Pradeaux commencent dès 1940 dans ce domaine de 26 hectares.

Vivant à Paris, la Comtesse et sa mère se replient sur Château Pradeaux dès le début de la guerre. L’exploitation de la vigne et des oliviers était alors conduite par un régisseur et deux métayers.Après que les troupes d’occupation aient saccagé les vignes, la Comtesse se lance dans la production d’un vin rouge riche de plus de 80% de Mourvèdre ; Château Pradeaux devient le royaume du Mourvèdre.

Depuis 1983, Cyrille son neveu et fils adoptif, ainsi que son épouse Magali ont pris la relève et poursuivent l’œuvre de cette grande dame.

Effectivement, ayant effectué des études viticoles au lycée de Beaune en Bourgogne, Cyrille est lui aussi un « fou » du vin qui entend perpétuer la tradition du Château Pradeaux de génération en génération. Voilà pourquoi Cyrille est la seule personne responsable des vinifications et de l’élevage des vins aux Pradeaux. La Comtesse Arlette disait : « c’est mon sauveur, un vrai vigneron et un excellent caviste ».

La culture

Le travail de la vigne est uniquement manuel et mécanique : labour, chaussage et déchaussage. Aucun engrais chimique n’est utilisé sur le domaine. Les seuls produits de traitement utilisés sont le soufre pour lutter contre l’oïdium et le sulfate de cuivre contre le mildiou.

En effet, une légère brise perpétuelle venant de la mer évite d’indésirables maladies rendant ainsi inutile l’emploi de produits chimiques et systémiques.

Le cépage noble de Bandol, le Mourvèdre, se plaît sur un terrain très calcaire à terre rouge et aux roches à fleur de terre. Il a besoin d’un long mûrissement au soleil face à la mer. Il se trouve ici en osmose avec le terroir.

Les vendanges et la vinification

Les vendanges sont effectuées manuellement par une équipe régionale d’une dizaine de personnes.

Le raisin légèrement foulé est mis en cuve ciment, sans éraflage pour une durée moyenne de fermentation de 8 à 10 jours. En effet, la rafle du Mourvèdre a l’avantage de ne pas être herbacée. Nous la recherchons pour allonger d’une façon très significative la garde des vins rouges de Pradeaux qui peuvent ainsi vieillir dans les bons millésimes une vingtaine d’années voire plus dans les années exceptionnelles.

Ensuite, on sépare les vins de goutte et de presse pour l’accomplissement de la fermentation malo-lactique. Puis le vin est placé en foudre de chêne durant 3 à 4 ans dans lesquels il va s’affiner lentement.

Ce long séjour en foudre est rendu nécessaire par un très fort pourcentage de Mourvèdre qui apporte au vin une longue durée de vieillissement et un bouquet particulier (18 mois de vieillissement est le temps de repos minimum pour l’appellation Bandol).

APPELLATION BANDOL CONTROLEE

FICHE TECHNIQUE

Superficie totale de la propriété : 26 hectares

Superficie Bandol plantée : 21 hectares

Rendement à l’hectare : 28 à 32 hl/ha en année normale de production.

Encépagement :

Rouge: Mourvèdre 95 %, Grenache 5 %
Rosé : Cinsault 40 % (vignes de 35 ans), Mourvèdre 60 % (vignes 4 à 15ans)

Climat méditerranéen : Micro-climat marin (brise de mer perpétuelle)

Sols : Argilo-calcaire à dominante calcaire

Production : Rouge : 80 à 85 % Rosé : 15 à 20 %

Vinification traditionnelle : Foulage léger sans éraflage. Elevage en vieux foudre de chêne. Mise en bouteille à l’issue de 3 ou 4 ans de vieillissement en foudre. Aucune filtration pour les rouges

Méthodes culturales ancestrales : Taille en gobelet. Aucun emploi de désherbant chimique ni d’engrais chimique. Protection des récoltes assurée uniquement avec du soufre et du sulfate de cuivre